En temps de paix, personne n'aime les héros de guerre

Avatar de l’utilisateur

Re: En temps de paix, personne n'aime les héros de guerre

Messagepar L'Observateur » 13 Août 2015, 21:35

Le Colonel déchu et son escorte traversèrent la prison rapidement. Tout l'établissement était au courant de l'exécution qui allait avoir lieu. Ils passèrent devant des cellules moins sécurisées que la sienne d'où les prisonniers pouvaient les voir. Plusieurs d'entre eux huèrent Tibèr et se firent sévèrement réprimander par les gardes. Malgré l'excitation des "résidents", le trajet se déroula sans encombres et ils arrivèrent assez vite (peut-être trop) dans la salle d'exécution. Celle-ci ne contenait que le stricte nécessaire : une table bourrée de fils et d'appareils de haute-technologie et un droïde IT-O d'un modèle assez récent. Un miroir sans tain avait été installé de l'autre côté de la pièce... Les responsables de cette mascarade se cachaient-ils derrière ?

- Faisons ça vite, ordonna l'un des gardes.

Les mains liées par des menottes magnétiques n'étaient pas une assurance suffisante pour les bourreaux de Tibèr. Deux d'entre eux étaient équipés de piques de force et les tenaient un peu trop près de sa colonne vertébrale. Au moindre mouvement suspect, ils avaient l'intention de lui donner une mauvaise décharge ; avec un peu de chance, elle suffirait à le tuer et lui épargnerait le poison... Mais Tibèr était plus intelligent que ça, et surtout, il avait encore une carte à jouer.
Ses gardiens le poussèrent vers la table où tout allait se jouer. Le jeune qui avait osé lui parler plus tôt l'aida à s'installer correctement. Dès qu'il fut allongé, des liens métalliques serrèrent ses poignets et ses chevilles. Le contact du métal froid était inconfortable mais ce n'était rien en comparaison de ce qui allait arriver.
Les cinq gardiens se répartirent autour de Tibèr alors que le droïde, jusqu'alors inactif, flottait lentement dans sa direction. Un bras mécanique rétractable dévoila une seringue dont le contenu ne présageait rien de bon. L'un des gardiens devait être un médecin car il commença à réciter une check-list. Il alla jusqu'à vérifier que le condamné à mort était bien immobilisé puis, ses vérifications terminées, se tourna vers le miroir semi-réfléchissant et leva son pouce.

- Quelles sont vos derniers paroles, Colonel Tibèr Sevirian ?, demanda-t-il en levant la paume de sa main pour ordonner au droïde de se mettre en stand-by.

La sphère était juste à moins de dix centimètres de son cou. Il pouvait entendre les vibrations que sa lévitation provoquait dans l'air. Il pouvait voir avec précision la seringue et le fluide mortel que le droïde de torture allait lui injecter dans la prochaine minute. Si Rhea avait menti... Si c'était encore un jeu, une humiliation... Alors au moins, ce serait la dernière fois qu'on le tromperait.

Re: En temps de paix, personne n'aime les héros de guerre

Messagepar Tibèr Sevirian (Le Bourreau) » 13 Août 2015, 22:03

Calme et stoïque, du moins autant qu'on puisse l'être dans ce genre de situation, Tibèr se laissa installer sur la table où sa mort était programmée. Autour de lui, les gens parlaient. Un garde murmura quelque chose aux autres, mais Tibèr n'y prêtait attention. Allongée sur la table, des entraves métalliques se serraient sur ses poignets et chevilles. Comme si cela ne suffisait pas, les gardes se répartir autour de la table. Il ignora le droïde qui allait le tuer, le médecin faisant son cheklist, même la vitre sans teint dans un quoi de la pièce. "Trop lâche pour affronter un homme bientôt mort ?" songea Tibèr alors que le médecin, arrêtant le droïde d'une main, demanda :

- Quelles sont vos derniers paroles, Colonel Tibèr Sevirian ?

C'était là l'heure pour Tibèr Sévirian de faire la sortie la plus ridicule de sa vie. Il fallait espérer que Rhéan tienne parole. Espérer que le risque qu'elle avait prît en le contactant dans sa cellule n'était pas feint. Reposant son regard inexpressif sur l'homme, l'impérial inspira profondément pour criait d'une voix aussi rauque que féroce :

- AUREEK!

Ne s'attendant pas à une sortie aussi violente, le médecin eût un mouvement de recul. Tibèr ne vît pas la réaction des gardes, mais il ne doutait pas une seconde qu'elle témoignerait du pitoyable de la situation... Mourir dans le ridicule ne lui plaisait pas, mais alors pas du tout. C’était à Rhéa de jouer maintenant...
Aspects : Ancien commando impérial En perdition morale Humain D'une loyauté absolue Froid et calculateur Soldat très expérimenté

Image

Avatar de l’utilisateur

Re: En temps de paix, personne n'aime les héros de guerre

Messagepar L'Observateur » 13 Août 2015, 23:20

Deux conséquences possibles : ou bien Rhea avait un plan bien préparé et Tibèr allait héroïquement s'évader, partir en quête de vengeance et faire échouer le complot qui pesait sur l'Empire... Ou bien Tibèr allait mourir après un moment particulièrement embarrassant.

- Aur--, répéta le médecin avant d'être interrompu par l'un des deux gardes armés d'une lance de force.
- RETIENS TA RESPIRATION !

L'avertissement était pour Tibèr. C'était facile à deviner car le garde qui venait de hurler n'était autre que Wel Tenassie, Commandant à la retraite ! Il ne s'était pas écoulé deux secondes depuis le cri de Tibèr que le chaos s'empara de la salle. Le droïde IT-O s'était mis à tournoyer comme une toupie et à projeter des grenades à gaz dans différents coins de la salle. Wel profita de l'effet de surprise pour asséner un coup de lance dans le dos de l'autre garde armé. Avec la force qu'il mit dans son attaque, le malheureux allait être sonné pour les trois prochaines heures. Les trois autres gardes réagirent avec une seconde de trop. Le premier d'entre en coup dans le genou du bout de la pique de Wel. Le second était en plein milieu d'un nuage de gaz, il lâcha son arme et plaqua ses mains sur son nez et sa bouche en paniquant. Le dernier se montra plus coriace ; il avait dégainé son blaster sans hésitation et tirait sur l'intrus. Ce dernier accusait son âge mais il en avait vu des plus dures avec Aurek. Il jeta le corps du premier garde sur celui qui lui tirait dessus, gagnant quelques précieuses secondes, et roula sur le côté pour éviter un premier tir. Il se releva une fraction de second trop tard et fut touché à la jambe par un second laser, ce qui ne l'empêcha pas de bondir dans sa direction. Malheureusement pour le tireur, Wel se trouvait maintenant au corps à corps. Un coup dans le torse le plia en deux et le projeta en arrière.

Le gaz se rependait rapidement dans la salle. Même s'il avait voulu se relever et continuer le combat, le garde plié de douleur au sol ne pouvait se le permettre. Il allait suffoquer... Comme tout le monde dans la salle d'exécution, y compris Tibèr qui commençait à avoir mal aux yeux et à manquer d'oxygène. Wel s'affaira sur les liens qui le retenait. Cela prit encore vingt longues secondes. Il le tira hors du lit et le traîna en dehors de la salle. Une fois la porte refermée derrière eux, il lui jeta un blaster entre les mains. Le vieux soldat avait morflé. Sa blessure à la jambe n'était pas très importante mais elle risquait de l'handicaper pour le reste de l'évasion, et les effets du gaz ne l'avaient pas épargné, même s'il avait la chance d'y avoir été préparé.

- Colonel.

Des retrouvailles plus chaleureuses étaient un luxe qu'ils ne pouvaient pas se permettre. Le fidèle soldat aida son chef d'escouade à se relever et lui donna un blaster. Tenassie avait le souffle rauque, de la sueur coulait sur son front et du sang perlait de sa jambe - pourtant, il affichait le visage le plus réjoui du monde... Et venant de quelqu'un dont l'expression par défaut était le défaut d'expression, ça voulait dire quelque chose !

- Lantis et Rhea sont en train de nous chercher une navette. On quitte Bastion, Colonel !

Image
Commandant Wel Tenassie
"Je suis trop vieux pour ces conneries"

Re: En temps de paix, personne n'aime les héros de guerre

Messagepar Tibèr Sevirian (Le Bourreau) » 14 Août 2015, 17:12

Le souffle rauque et les yeux rendus rouges par le gaz, Tibèr peina à retrouver de l'air. Le couloir était désert, pour l'instant et mis à part Wel. Mais cela ne durera pas, il fallait se tirer, et en vitesse. La gorge encore irritée par le gaz, le colonel impérial fît un effort conscient pour se remettre sur pieds. Raffermissant sa prise sur son blaster, Tibèr releva les yeux sur son sauveur, qui n'était autre que Wel Tenassie. Tibèr n'avait jamais été très tourné vers les franches effusions de camaraderie et les manifestations chaleureuses, mais voir son ancien bras droit de retour aux affaires influa néanmoins sur son moral, surtout si on considérait qu'il avait mit un terme à sa paisible petite retraite pour venir en aide à son ancien lieutenant. Wel n'avait rien d'un homme qui se préparait à mourir. Et effectivement, ce n'était pas le cas :

- Lantis et Rhea sont en train de nous chercher une navette. On quitte Bastion, Colonel !

- Bien ! répondit un Tibèr en hochant la tête.

Tibèr remarqua la blessure de Wel au niveau du genou. Du sang y été visible, mais la blessure semblait minime, aussi resta t'il concentré sur l'objectif. Il posa les yeux sur son blaster, lequel était celui d'un gardien. Conçu pour inclur deux mode, l'un létal, l'autre non. Il régla son blaster sur le mode létal, si on lui avait dit qu'il tuerait des impériaux ne serait-ce qu'une semaine auparavant, il y aurait difficilement crût, mais ce mode là était plus efficace contre les protections éventuelles des gardes de la prison.

- Passe devant, je te suis. annonça Tibèr.

Comme on pouvait s'en douter, personnes ne lui avait fait la politesse de lui faire visiter les lieux...
Aspects : Ancien commando impérial En perdition morale Humain D'une loyauté absolue Froid et calculateur Soldat très expérimenté

Image

Avatar de l’utilisateur

Re: En temps de paix, personne n'aime les héros de guerre

Messagepar L'Observateur » 15 Août 2015, 05:04

Tibèr se remettait doucement des effets du gaz, mais ni lui ni Wel n'avaient le temps de souffler vraiment avant de repartir à l'action. Alors que le futur évadé (si tout se passait bien !) demandait à son comparse de prendre les devants, une alarme raisonna dans toute la prison. Pas de doute, leur petit spectacle n'était pas passé inaperçu ; et l'intrusion de Rhea et Lantis avaient peut-être aussi été remarqués. Il faudrait sûrement se frayer un chemin en force.

- C'est jamais simple, pas vrai ?, grogna le Commandant en tirant dans la serrure magnétique de la porte. Si les soldats gazés arrivaient à se relever, ils auraient besoin d'un peu de temps pour sortir.

Les deux Aurek prirent la tangente, Tenassie prenant la tête du groupe comme l'avait instruit Sevirian. Ce dernier ne connaissait de la prison que les couloirs qui allaient de l'entrée à sa cellule, à la salle d'interrogatoire ou d'exécution. La Prison de Haute Sécurité de Bastion fourmillait de corridors qui menaient aux différentes sections du complexe ; celui-ci était capable d'accueillir plusieurs milliers de détenus, il fallait donc les infrastructures pour les accueillir ainsi que leurs gardiens. Le trajet entre leur position actuelle et les hangars risquaient d'être long et dangereux... Il fallait être fou pour tenter une évasion ici ! Mais les deux Impériaux étaient allés à la bonne école, et Wel avait bien planifié cette opération. Alors qu'ils étaient en pleine course, il tendit son bras derrière lui pour donner à son leader un comlink replié en oreillette.

- Ici Intruder 2, Sevirian et avec moi. Nous quittons le bloc D. A vous, cria-il pour couvrir le son de l'alarme, juste au moment où ils passèrent la porte du couloir de la mort.
- Intruder 3, bien reçu. Une escouade se dirige sur votre position, prenez à gauche pour les éviter. Terminé.
- Rhea joue le rôle d'opératrice, expliqua Wel, elle est branchée sur les systèmes de la prison.
- Prenez à droite maintenant.
- ILS SONT LA ! NE LES LAISSEZ PAS S'ÉCHAPPER !

Suivant les instructions de la nonne, qui était décidément pleine de ressources, les deux soldats virèrent à droite, juste au moment où un groupe de gardes armés de fusils blaster sortait d'une porte devant laquelle ils venaient de passer. Une porte coulissante commença à descendre en plein milieu du couloir ; les deux Impériaux furent forcés de glisser pour passer en-dessous avant qu'elle ne touche le sol, bloquant ainsi leurs poursuivants.

- Ouvrez ! MAIS OUVREZ LA PORTE !

Des turbo-élévateurs les attendaient au bout d'un long couloir. Rhea, ou plutôt Intruder 3 pour l'occasion, leur ordonna d'emprunter l'un d'entre eux et de se rendre au niveau 16. Ils étaient actuellement au niveau -4, et l'ascenseur le plus proche au niveau 12 ! Le compteur des étages commença à descendre lentement, très lentement. Les soldats ennemis s’affairaient de l'autre côté. Visiblement, leur opératrice bloquait contrôlait complètement les portes du niveau puisqu'ils furent contraints d'utiliser des scies laser pour faire fondre la porte. Le métal brûlant faisait jaillir des étincelles alors qu'ils faisaient lentement le tour de la porte.
L'élévateur s'arrêta brusquement au niveau 1.

- J'ai perdu le contrôle. Donnez-moi cinq minutes, alerta Intruder 3.

Il ne faudrait pas cinq minutes aux gardes pour passer l'obstacle qui les empêchait de déferler sur les deux Aurek ! Il fallait prendre les choses en main avant qu'il ne soit trop tard, d'autant que l'ennemi devait sûrement se réunir derrière la porte. Il n'y avait aucune échappatoire : la portion de couloir où ils étaient ne donnait que sur les élévateurs ou la sortie, il n'y avait pas non plus de fenêtres pour s'échapper car ils étaient dans un sous-sol. Bientôt, ce couloir deviendrait leur peloton d’exécution. Il était temps d'avoir une idée brillante, ou de mourir en héros !

Re: En temps de paix, personne n'aime les héros de guerre

Messagepar Tibèr Sevirian (Le Bourreau) » 15 Août 2015, 11:09

Sevirian vît l'indicateur posté au dessus de la porte de l’ascenseur s’arrêtait au niveau 1, juste avant que Rhéa ne leur demande cinq minutes pour régler ce problème. De l'autre côté du couloir, l'équipe d'intervention avait déjà entreprit de découper la porte, et ils ne donnaient pas l'air de vouloir attendre cinq minutes. Défendre le couloir était exclus : Il ne présentait aucun abri, une escouade bien armée aurait raison d'eux. Aucune issue n'était visible à part la porte derrière eux qui donnait sur la cage d’ascenseur...

- Intruder 3, voyez si vous pouvez ouvrir la porte quand même. Qu'on voit si on peut descendre au niveau inférieur.

Si il y en a un... Wel grimaça à l'idée de jouer aux ewok dans la cage d’ascenseur. Tibèr n'était pas fan non plus, mais il ne ferait pas la joie des gardiens en restant ici leur servir de cible.

- Intruder 3, essayez aussi de déclencher des alarmes ailleurs dans le complexe.

Bien sûr, ça n'allait pas détourner leurs poursuivants de leur chasse, mais cela sèmerait la confusion dans le personnel de sécurité de la base.
Aspects : Ancien commando impérial En perdition morale Humain D'une loyauté absolue Froid et calculateur Soldat très expérimenté

Image

Avatar de l’utilisateur

Re: En temps de paix, personne n'aime les héros de guerre

Messagepar L'Observateur » 15 Août 2015, 18:52

- Je vais voir ce que je peux faire, Leader Intruder, répondit précipitamment Intruder 3 à travers l'oreillette. La sécurité du bâtiment s'était mise à repousser son intrusion et essayait de la chasser du système. De plus, elle devait guider Lantis en parallèle...

Wel s'agenouilla le blaster pointé en direction de l'autre bout du couloir. Il n'y avait aucune couverture pour les protéger. Une confrontation prolongée sonnerait très vite la fin de leur petite aventure. Il murmura : "J'ai un mauvais pressentiment". Un rectangle de métal fondu se dessinait sur la porte anti-explosions qui les séparait de la horde de gardes enragés. En seulement trente secondes, il en était déjà à la moitié... Les cris des Impériaux se faisaient plus précis, on pouvait discerner au moins trois voix - mais il fallait y ajouter les soldats silencieux qui se mettaient en position, prêt à faire feu dès qu'ils auraient un angle de tir. Non, Aurek n'était pas dans une très bonne posture ; l'escouade restait fidèle à ses bonnes vieilles habitudes.

- Leader Intruder, couvrez-moi, demanda soudain le Commandant en rangeant son blaster et en se tournant vers l'ascenseur auprès duquel ils attendaient.

Il s'approcha du boîtier où étaient incrustés les boutons de contrôle de l'ascenseur. S'emparant d'un couteau suisse mandalorien, il commença à le dévisser pour pouvoir accéder aux fils et tenter d'ouvrir la porte en manuel puisque le piratage de Rhea semblait être une bataille aussi acharnée que celle qu'ils allaient mener avec les gardes s'ils arrivaient jusqu'à eux. Le technicien qui chargé de dégager un passage en était bientôt aux trois quart de son travail !

- Bordel, si seulement Fawkes était là !

Le défi de l'Observateur
Fais moi un beau test de Dextérité au cas où il y ai besoin de tirer... Simple mesure de précaution, y a pas de raison que ça arrive tu me connais ;)

Re: En temps de paix, personne n'aime les héros de guerre

Messagepar Tibèr Sevirian (Le Bourreau) » 15 Août 2015, 20:15

- Bordel, siffla Tibèr en s'avisant de l'avancement du découpage de la porte par l'équipe d'intervention. Il percevait trois voix par delà la porte blindée, mais il pouvait tout aussi bien y en avoir le triple.

- Leader Intruder, couvrez-moi

Tibèr obtempéra en jetant un coup d’œil vers Wel qui s'affairait sur un panneau pour ouvrir la porte manuellement. Avec un hochement de tête approbateur, il reporta son attention vers la porte. Il releva son blaster vers la porte en cours de découpe, si les gardes voulaient vraiment leurs peaux, ils allaient devoir en payer le prix ! Wel avait raison, Rhéa semblait réellement gênée, trop pour pouvoir leur fournir un appui de tous les instants.

- Bordel, si seulement Fawkes était là !

- On fera sans, si on veut pas le rejoindre !
Aspects : Ancien commando impérial En perdition morale Humain D'une loyauté absolue Froid et calculateur Soldat très expérimenté

Image

Avatar de l’utilisateur

Re: En temps de paix, personne n'aime les héros de guerre

Messagepar L'Observateur » 15 Août 2015, 21:46

Tibèr avait raison, ils allaient devoir passer de leur fidèle technicien s'ils voulaient survivre. La galaxie ne leur avait pas fait de cadeaux, et ce n'était pas prêt de s'arrêter. Heureusement, Wel savait ce qu'il faisait. Ou... Peut-être pas ? "Le bleu ? Non... C'est le rouge, ici ? Merde !". Et pendant ce temps, la porte arrivait à un état critique. Ce serait la première fois que le Colonel allait tirer sur des Impériaux en situation de combat réelle. Et le pire, c'est que ces gardes faisaient juste leur boulot... Mais s'il faisait preuve de pitié, il risquait de perdre l'occasion de prouver son innocence. Son blaster était réglé sur létal en connaissance de cause.

- C'est fini, c'est fini !
- DÉGAGEZ LE PASSAGE ! TIREZ A VUE !

- C'est ouvert !

Tenassie parvint à forcer l'ouverture de la porte de l'ascenseur juste au moment où leurs poursuivants en terminaient avec celle qui les bloquait. Tibèr fit feu à la seconde même où elle tombait en avant d'un seul bloc, laissant apparaître plusieurs silhouettes à découvert. Son tir toucha le garde le plus avancé ; il chuta sur ses alliés restés en arrière, accordant une précieuse seconde d'avance aux deux Aurek alors que les ennemis se bousculaient.
La porte n'était qu'entrouverte mais c'était plus que suffisant compte tenu des circonstances !

- Je vous couvre !
- Ne les laissez pas s'échapper !, hurla un homme haut gradé en tendant un bras furieux dans la direction des deux fuyards.

A travers la porte écartée en deux, Tibèr eut un bref aperçu de ce qui les attendait s'ils allaient dans la cage d'ascenseur. Celle-ci était assez vaste puisqu'elle englobait l'autre élévateur. Des échelles leur permettaient de monter ou descendre dans une sécurité tout à fait relative. A priori, il y avait assez de place pour monter sur une échelle et se déplacer sans se faire rentrer dedans par un ascenseur sauvage... Mais il valait mieux rentrer le ventre, juste au cas où.

- Quoi que vous fassiez, faites le vite car vous avez la moitié de la prison aux trousses !, alarma Rhea. Et l'autre moitié était donc répartie dans le reste du bâtiment, en haut... et peut-être en bas aussi.

En partant du principe que Lantis était toujours dans la course, elle les attendrait au niveau 16. Les prochaines minutes allaient être assez sportives !

Re: En temps de paix, personne n'aime les héros de guerre

Messagepar Tibèr Sevirian (Le Bourreau) » 15 Août 2015, 22:32

- Quoi que vous fassiez, faites le vite car vous avez la moitié de la prison aux trousses !

"Génial" pensa Tibèr en constatant que la cage d’ascenseur était assez vaste et bien agencée pour pouvoir utiliser les échelles sans risquer de se tuer dans la descente d'un ascenseur. Permettant ainsi de monter vers la nacelle du turbo-élévateur.

- Changement de plan, Intruder 3 ! On monte vers la nacelle !

Tibèr poussa Wel vers l’échelle, ponctuant le geste par un ordre verbal : "Monte". Puis il s'affaira sur le boitier de commande alors qu'il entendait Wel commencer son ascension. Lors d'une évasion, mieux valait être rapide, si on ne voulait pas voir la sécurité se mobiliser a temps pour vous piéger. Cette échelle était une excellente trouvaille, car elle allait leur permettre d'éviter les détours et de gagner en vitesse. Tibèr enleva le boitier, et s'attaqua à sa tâche cruciale. Si il y parvenait, lui et Wel prendraient une belle avance sur leurs poursuivants...
Aspects : Ancien commando impérial En perdition morale Humain D'une loyauté absolue Froid et calculateur Soldat très expérimenté

Image

Avatar de l’utilisateur

Re: En temps de paix, personne n'aime les héros de guerre

Messagepar L'Observateur » 15 Août 2015, 22:43

Chez Aurek, on se répartissait les tâches : Wel ouvrait puis Tibèr fermait. C'était une tradition depuis l'installation du minibar dans la cuisine de la navette. Sur cette bonne tranche de rigolade, revenons à notre désastreuse situation. Notre Colonel prit l'initiative de refermer derrière lui afin de ralentir encore un peu ses poursuivants et les traumatiser des portes. La bonne nouvelle était que ses compétences en électronique n'étaient pas rouillées. La mauvaise était qu'il était suspendu à moitié au-dessus du vide durant son travail ! Celui-ci demandait une certaine précision, et elle n'était pas facile à atteindre tout en essayant de rester en équilibre... Et ce qui devait arriver arriva.

La porte se referma juste au moment où une salve de laser déferlait dans leur direction. L'un des tirs parvint à se frayer un chemin jusque dans la cage d'ascenseur, au-dessus de l'épaule de Sevirian. L'Impérial fut déstabilisé et tenta de se rattraper à un barreau de l'échelle la plus proche, mais la position du boîtier l'avait obligé à s'éloigner un peu trop de celle-ci et elle était désormais hors de sa portée. Après trente mètres de chute libre, il ne restait pas grand chose de reconnaissable de Tibèr. Finalement, peut-être aurait-il été moins douloureux d'accepter l'injection létale...
... C'était sans compter, bien sûr, sur Wel. Les membres d'Aurek veillaient les uns sur les autres, c'était un réflexe que rien ne pouvait réprimer !

- Colonel, attendez qu'on soit à bord de la navette pour vous suicider comme ça, murmura son subordonné en l'aidant à reprendre son équilibre et s'accrocher sur l'échelle.
- Intruder 4 a sécurisé une navette, je répète, Intruder 4 a sécurisé une navette..., annonça Rhea. L'évasion n'était peut-être pas vouée à l'échec. ... et plusieurs escouades se dirigent vers sa position, ainsi que l'escadron Manta, en provenance du Résilience.

Évidemment, ils n'allaient pas quitter l'espace de Bastion sans croiser le feu avec les forces Impériales en orbite. De mieux en mieux !

- Le petit con qui essaie de me déloger du système a le contrôle des turbos-élévateurs. Il essaie de vous en envoyer un à la figure mais je peux au moins le bloquer. Essayez d'y entrer par la trappe supérieure, vous pourrez peut-être m'aider à reprendre le contrôle une fois à l'intérieur.

Ce n'était pas une mauvaise idée dans la mesure où monter dix-sept étages avec l'échelle de service était sûrement aussi pénible que dangereux... En particulier lorsque l'opératrice ajouta : "Oh oh...". Dans le jargon, cela signifiait que des ennuis (encore, toujours) arrivaient à 500 à l'heure, direction Tibèr et Wel, terminus !
Comme pour accompagner l'onomatopée d'Intruder 3, un bruit difficile à définir raisonna dans toute la cage. C'était un son mécanique, rapide, et il provenait de plusieurs dizaines de mètres au-dessus de leurs têtes. Ce n'était pas un ascenseur, le bruit était moins grave et s'apparentait à une sorte de cliquetis mêlé de vrombissements, et puis l'ascenseur qui était de leur côté était toujours immobile, bloqué au niveau 12.

- Il a envoyé un groupe de droïdes de maintenance dans votre direction !
- On continue de monter, ou on attend qu'ils arrivent ?, demanda Wel, qui avait la tête penchée en haut pour essayer de voir de ce qui allait leur tomber dessus.

Le bruit se rapprochait et se faisait de plus en plus bruyant. Dans la semi-obscurité qui régnait autour d'eux, il était difficile d'y voir quoi que ce soit. Avec un peu de malchance, ils ne les verraient pas arriver. Ils pouvaient peut-être atteindre l'ascenseur au niveau 12 à temps et s'y réfugier avant que les droïdes n'arrivent à eux. Mais était-ce vraiment nécessaire ? Deux ou trois petits droïde de maintenance, ça ne pouvait pas causer beaucoup de dégâts... pas vrai ?

Défi de l'Observateur
Fais-moi soit un test de Perception si tu choisis d'attendre que les droïdes arrivent, soit un test de Force physique avec un malus de 20% (ben oui tu vas pas te précipiter pour te casser la gueule, si ?!) si tu veux essayer d'arriver dans l'ascenseur avant que ma surprise ne vous atteigne.

Ou alors tente autre chose si tu as une idée de génie !

Re: En temps de paix, personne n'aime les héros de guerre

Messagepar Tibèr Sevirian (Le Bourreau) » 17 Août 2015, 15:38

Tibèr manqua de très mal finir sa journée, mais c'était sans compter sur l'intervention du commandant Tenassie ! Le groupe reprit son ascension sitôt que Tibèr eût rétablit son équilibre. Quelques secondes plus tard tomba l'une des bonnes nouvelles de la journée : Intruder 4 avait réussi à sécuriser une navette, espérons qu'il y en aura d'autres ! Même si il faudra forcer le réseau défensif aérien pour s'enfuir...

Les deux commandos grimpèrent en direction de la cabine d'ascenseur la plus proche, plusieurs niveaux pus haut, jusqu'a ce que Tibèr ne s'immobilise net lorsqu'il entendit : Oh oh...

- Quoi ? questionna Tibèr alors que Wel commençait à jurer dans sa barbe.

- Il a envoyé un groupe de droïdes de maintenance dans votre direction !

- On continue de monter, ou on attend qu'ils arrivent ?

Tibèr releva de facto la tête, à l'instar de Wel. La visibilité n'était pas particulièrement bonne, il y avait fort à parier que les deux anciens impériaux ne voient approcher les droïdes de maintenances que trop tard. Et il fallait éviter autant que possible de s’arrêter : le service de sécurité du complexe continuait de se mobiliser ! Si ils attendaient que ce dernier ne se déploie, ils seraient piégés à l’intérieur de la prison. Leurs morts ne seraient plus qu'une question de temps.

- On monte !

La décision était prise ! Tibèr espérait ne pas avoir mésestimé la distance des droïdes. De toute manière, il n'y avait pas de place au doute !
Aspects : Ancien commando impérial En perdition morale Humain D'une loyauté absolue Froid et calculateur Soldat très expérimenté

Image

Avatar de l’utilisateur

Re: En temps de paix, personne n'aime les héros de guerre

Messagepar L'Observateur » 24 Août 2015, 23:02

- A vos ordres, répondit Wel par la force de l'habitude avant d'accélérer en direction de l'ascenseur.

Le vrombissement des droïdes se rapprochait et gagnait en intensité. Très vite, une nuée de yeux rouges apparut au-dessus de la tête de nos deux Impériaux. Les machines de maintenance étaient malheureusement plus proches que Tibèr ne l'avait cru, ou bien elles étaient d'une rapidité à toute épreuve, car elles dépassèrent l'ascenseur avant que Wel et lui n'y arrivent ! Leur refuge n'était qu'à quelques barreaux, mais il allait falloir se frayer un passage en force. Armés de pinces mécaniques, les droïdes chargèrent tour à tour l'un ou l'autre des Impériaux.

- BARREZ-VOUS CONS DE DROÏDES !, vociféra le Commandant en tirant dans le tas alors que l'un des drones lui faisiat une entaille de plusieurs centimètres sur la joue et qu'un autre s’affairait à déchirer la manche de son bras armé.

Tibèr n'était pas épargné. Il lui était difficile de garder l'équilibre avec une dizaine de machines qui s'acharnaient sur lui et essayaient de l'entraîner en bas. Malheureusement, il était trop tard pour les éliminer proprement, il fallait continuer de progresser sans lâcher prise !

Le défi de l'Observateur

Fais moi un autre test de Force physique pour continuer d'avancer sans te faire déséquilibrer par la nuée de récolteurs droïdes, ou bien un test de Dextérité si tu veux tirer sur ceux qui s'en prennent à Wel plus haut pour qu'il t'aide en retour. A moins que tu n'ai une meilleure idée :p

Re: En temps de paix, personne n'aime les héros de guerre

Messagepar Tibèr Sevirian (Le Bourreau) » 24 Août 2015, 23:19

Sale temps pour les héros ! Tibèr avait mal estimé la distance qui séparait son groupe des droïdes, aussi ces derniers fondirent très rapidement sur eux. L'Officier, enfin, ex-officier impérial serra les dents en les voyants dépasser la cabine d’ascenseur pourtant si proche. Il fallait y arriver coûte que coûte et le plus vite possible.

- On monte encore ! On se magne !

Si ils prenaient le temps de descendre les droïdes, c'était pour le donner aux équipes d'intervention impériales, qu'elles aient le temps de les rattraper. Il fallait impérativement prendre la sécurité de vitesse !
Aspects : Ancien commando impérial En perdition morale Humain D'une loyauté absolue Froid et calculateur Soldat très expérimenté

Image

Avatar de l’utilisateur

Re: En temps de paix, personne n'aime les héros de guerre

Messagepar L'Observateur » 24 Août 2015, 23:55

Les droïdes prenaient plaisir à se faire les dents sur les deux Impériaux mais ceux-ci ne ralentirent pas leur ascension. Les dents serrées, ils avancèrent comme ils le pouvaient, dégageant un drone ici ou là d'un violent coup de crosse. Wel arriva en premier sur l'ascenseur et il se mit à genoux pour essayer de viser les drones qui s'acharnaient sur Tibèr pendant que celui-ci se hissait à son tour sur l'ascenseur. Grâce au support de son subalterne, l'ex-officier parvint à ouvrir la trappe sans trop de difficulté. Une fois à l'intérieur, il la referma brusquement en coupant un deux un drone un peu trop courageux pour son propre bien et en envoyant valser ses petits copains un peu trop lents pour entrer à temps. Wel pointa son blaster sur la carcasse encore mouvante du droïde qui était entré avec eux. Il se fit un plaisir de lui démolir les circuits. Ça n'avait pas été facile, mais ils avaient réussi ! Leur ascension téméraire les avait légèrement amochés mais les blessures n'étaient que superficielles (-5 PVs). Ils pouvaient souffler un peu...

- C'était chaud, Colonel, murmura Tenassie en s'adossant à une paroi, le souffle court. Il y avait un soupçon d'excitation dans sa remarque. Il devait vraiment s'ennuyer à la retraite pour trouver cette expérience amusante !

L'ascenseur jusqu'alors immobile trembla soudain. Il était encore sous contrôle de la sécurité de la prison ! Plus tôt, Rhea leur avait dit qu'ils pourraient essayer de l'aider à reprendre les rênes s'ils parvenaient à l'intérieur. C'était sûrement le moment d'agir, à moins de vouloir se laisser redescendre jusqu'à l'étage qu'ils venaient de quitter sous les tirs ennemis. Wel se dirigea vers le panneau de commande de l'élévateur pour tenter quelque chose.

Revenir vers « Casino Impérial Le Fel »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité