Tibèr Sevirian

Tibèr Sevirian

Messagepar Tibèr Sevirian (Le Bourreau) » 30 Juin 2015, 20:44

Nom : Sevirian
Prénom : Tibèr
Surnom : Aurek Leader
Genre : Masculin
Espèce : Humain

Âge et date de naissance : 171 p-B.Y ; 46 ans.
Planète d'origine : Yage Mineure
Groupe : Conglomérat impérial
Rang : Officier Impérial

Image
« Exemplarité, Rigueur, Cohésion et Détermination, tout cela est notre force !»



Physique :
Doté d'une solide carrure due à de nombreuses années de service, Tibèr est un homme qui à su rester dans une forme olympique malgré ses quarante-ans passés. Il est doué d'une aura si "chaleureuse" qu'il n'est pas impossible qu'elle puisse geler un soleil. Son visage, froid et calculateur, est taillé pour la réprimande, ce qui lui confère une autorité toute naturelle. Ses yeux gris-verts font chuter de quelques degrés encore son "aura", si bien que son regard à tendance à être désagréable et difficile à soutenir, même si il n'est pas particulièrement grand, Sevirian se situant juste au dessus de la taille moyenne standard galactique.

En dehors de son service, Sevirian préfère les tenues sombres et sobres. En service, il adopte son uniforme noir des forces impériales, lequel arbore le grade de Tibèr sur le torse, ainsi que les marques corelliennes (une distinction militaire impériale hérité de l'époque de Palpatine, quelques deux siècles auparavant.). Son armure de combat noir le fait paraître mortellement sinistre (ce que le porteur apprécie d'ailleurs savamment), Tibèr y a d'ailleurs apporté quelques modifications.



Image
« La puissance de l'Empire réside dans la force de ses guerriers. Et vous, en tant qu'avatars de cette puissance, devez être forts !»



Personnalité :

Tibèr est un homme d'une nature froide et peu émotive. C'est un homme qui réfléchit plus qu'il ne ressent. Son attitude distante et généralement sans chaleur a le don d'être dérangeant et de mettre mal à l'aise ses interlocuteurs. Cette "lacune sociale" s'ajoute à un tempérament implacable, acharné et brutal.

Bien qu'il ne soit pas assez pervers et sadique pour apprécier torturer autrui, il est tout à fait capable d'user de ce genre de méthodes si le besoin s'en fait sentir. Même si il est peu prompt aux explosions de colère, c'est quelqu'un de profondément rancunier, au point d'en devenir particulièrement brutal et sans pitié.

Ayant très tôt apprit la valeur de la cohésion, il exècre l'individualisme et l'égoïsme et se montre généralement soucieux de ses hommes, bien qu'il puisse sacrifier l'un d'entre eux si il estime cette mesure nécessaire à la sauvegarde de sa mission. Si il est discipliné, il est aussi doué d'un sens de l'Honneur prononcé : il refusera de se déshonorer en accomplissant un ordre immoral dont il ne voit pas la logique. Il faut comprendre par là qu'il n'usera pas de torture, ni ne tuera gratuitement, par pur sadisme et sans que cela ai un but bien défini. Fort de ses aptitudes de tacticien et de son expérience militaire, Tibèr sait cerner les faiblesses de ses adversaires pour les exploiter avec toute la férocité qui le caractérise. Enfin, son Honneur le rend totalement imperméable à la corruption.

Image
« Vous connaîtrez le sang, la sueur et la douleur...»


Histoire

Né sur Yage Mineure en l'an 171, à l'époque où la crise économique commençait son ravage dans l'espace de la République, Tibèr développa très vite durant son adolescence, son esprit combatif mais était alors très réservé et discret. Dernier né d'une fratrie de 4 frères et soeurs, il est le fils d'un représentant diplomatique impérial vétéran de la Marine Impériale, et d'une mère employée d'une compagnie marchande. Dès l'âge légal, il s'engagea dans l'armée Impériale, à l'instar de ses frangins, et s'engagea dans le corps des stormtroopers. Il effectua ses classes dans l'académie militaire de Borrosk, au sein d'un groupe de cadets très soudé. C'est d’ailleurs de là que vient son aversion pour l'individualisme. L'entrainement rude et complet subit par les recrues en font de redoutables combattants. Il sortit de l’académie comme sous officier et affecté à une unité de reconnaissance des troupes de choc.

Son baptême du feu eut lieu sur une lune située à la lisière de l'espace sauvage. Les renseignements avaient alors appris à l'armée impériale l’existence d'une base fortifiée de pirates et esclavagistes. Fidèle à sa réputation, l'Armée impériale fit montre de sa supériorité sur la lie de la galaxie, au travers d'un assaut brutal. L'unité de Tibèr atterrit à la périphérie de l'installation pirate et parvint, malgré la résistance des malfrats, à établir une tête de pont pour l'arrivée des renforts. Après quoi, Tibèr et ses camarades réussirent à percer les défenses ennemies et à avancer vers la base pirate, ouvrant la voie au reste de la force impériale. Des années de patrouilles et de combats dans la bordure extérieure l'endurcirent et l’affûtèrent dans son métier de combattant, si bien qu'il fût sélectionné pour intégrer un session commandos afin de rejoindre les rangs des célèbres stormcommandos. Bien que la plupart des opérations menées par ces commandos soit tenues secrètes, dans le contexte de crise galactique, ces soldats furent fortement sollicités. Par l'élimination de personnalité importante ou autres actions clandestines. En 192, lorsque les Hutts s'en prirent à Bothawui, l'unité de Tibèr fut envoyée sur place afin de soutenir les forces du Triumvirat en poste. Les stormcommandos parvinrent à infliger un revers aux Hutts sans pouvoir toutefois parvenir à empêcher l'invasion de la planète. Malgré la chute de Bothawui, le commando de Tibèr ne rentra pas au territoire impérial, premièrement parce qu'ils étaient isolés, et deuxièmement parce qu'ils avaient ordre de gêner autant que possible les Hutts. Ils ne parvinrent à rétablir le contact radio avec leur commandement que plusieurs semaines plus tard. Afin de lutter contre les Hutts, les stormcommandos engagèrent des actions de guérilla, parvenant même à grossir les rangs de leurs mouvements de résistances avec d'autres raisons locaux. Mettant sur pied des opérations de sabotages, d'assassinat ou encore, d'assaut éclair sur différents objectifs, puis, quand la relations radio entre les commandos et l'Etat Major fut rétablit, d'exfiltration et infiltration de matériel et de personnel.

Image
« Mais c'est par la douleur qu'on devient fort»


Quelques jours avant la fin de la crise opposant le Triumvirat aux Hutts, l'une de ses opérations faillit tourner court quand, dans le courant des négociation de Bothawui, l'escouade de Tibèr prépara l'assassinat d'un haut dignitaire Hutt. Il reçut un contre-ordre du commandement, lui signifiant d'abandonner la mission alors même qu'il voyait sa cible dans la lunette de son fusil. Mais ayant pris d'énormes risques pour approcher leur cible, les commandos furent découvert alors qu'ils pliaient bagage. Se dispersant du mieux qu'ils purent dans les rues de Drev'starn afin de semer leurs poursuivants. Si la confusion générale qui régnait dans la ville permit à l'essentiel du commando de s’éclipser, Tibèr et l'un de ses camarades se retrouvèrent isolés et bloqués dans un bâtiment, et s'y retranchèrent. Après plusieurs heures de lutte, contre les hommes des Hutts, Tibèr et son collègue furent évacués par leurs camarades revenus les chercher. Heureusement, les Hutts mirent cette escarmouche sur le compte d'un mouvement local de résistance et une fois Bothawui libérée, durent sortir de l'espace bothan dans une discrétion absolue afin de ne pas trahir leur présence et donc leur implication dans la tentative d'assassinat "manqué" selon les holonews.
Retournant mener ses activités dans l'ombre, Tibèr et ses camarades ne firent retour sur scène que lors de la guerre de l'Ordre, alors que l'Empire, à la suite de l'assassinat d'Irulan Fel, lança des assauts contre les mondes où l'Ordre Jedi fut présent. Ainsi, Tibèr fit partit des commandos qui débarquèrent sur Ithor, Iridonia et Ossus afin de traquer les jedi. Au cour de cet affrontement, l'un des trois frangins de Tibèr fut tué, expulsé dans le vide après qu'une torpille ne perfora le compartiment du vaisseau où il se trouvait. Un autre, pilote de chasse, ne revint pas d'une mission de combat et fut porté disparu. Tibèr lui même faillit être tué lors de l'assaut coalisé sur Ziost. En effet, des tirs anti-aériens prirent pour cible la navette de Tibèr alors qu'elle descendait dans l'atmosphère, et bien que le pilote de la navette fit preuve d'adresse, il ne put empêcher les tirs anti-aériens d'atteindre la navette. Tibèr et plusieurs autres passagers furent touchés par des éclats. Sevirian manqua de mourir deux fois de ses blessures avant d'être pris en charges par des chirurgiens. Si Tibèr survécut à ses blessures et repris du service plusieurs mois plus tard, il ne réintégra pas les forces spéciales, n'ayant pas récupéré complètement toutes ses facultés. Il a récemment été intégré la 83ème division de stormtroopers, basée sur Bastion, en sa qualité de Lieutenant.

Image
« Le jour viendra où la douleur n'aura plus de prise sur vous. On vous craindra pour cela !»


Introduction : Tibèr Sevirian, retour en service !

L'escouade Aurek à l'assaut de Tatooïne

Il faut sauver le soldat Kos Danar

Un cannok dans la bergerie

Le feu aux poudres

Les flammes de la conquête

Image
« Votre seule présence terrifiera nos ennemis, ainsi vous les dominerez !»



La bataille de Wayland fût brève, mais particulièrement violente. Même si elle se termina par la victoire du Triumvirat, elle marqua le retour des sith. L'une d'entre eux fît obstacle au groupe de Tibèr dans les entrepôts, qui réussit à s'enfuir après quelques passes-d'armes avec l'un des chevaliers impériaux accompagnant le groupe. Vainqueur de l'affrontement, l'Empire décida de répliquer en attaquant Myrkr, assaut auquel participa Aurek. Aurek resta avec les effectifs de la 83ème Légion plusieurs semaines sur Wayland pour assurer sa protection avec les 125ème et 33ème Légions. Mais lors de la débâcle républicaine à Circumtore, Tibèr et ses camarades accompagnent les forces menées par l'Empereur dans l'espace de la République. Rencontrant une réelle difficulté à stopper l'avancée ennemie, Aurek est surtout utilisée pour ralentir la percée coalisée en s'attaquant à sa logistique. Ces diverses actions regroupaient notamment des actions contre des stations de raffinement, des tentatives pour abattre des chefs militaires adverses, ou organiser des actions de guérilla dans les planètes récemment conquises.

En début d'année 202, alors que l'échange de prisonnier décidé par le sénat approchait à grand pas, l'escouade Aurek fût convoquée par le SSI pour participer à une opération sensible qu'elle mènera conjointement avec la même escouade du SIS républicain qui les avait accompagné sur Wayland. L'Opération fût placée sous le commandement d'une autre connaissance d'Aurek/Résilience, Jacen Tavira-Fel, connu sous le nom de "Lorn". Profitant de l'échange de prisonnier, le Triumvirat infiltra le groupe d'intervention à bord du vaisseau amiral de la Flotte Pirate. Le stratagème fût découvert, mais pas avant que le commando ait atteint son objectif : saboter le navire. Évacuer le bâtiment fût autrement plus compliqué qu'y entrer. Les agents fédéraux durent se battre compartiment par compartiment pour rejoindre le point d'extraction, et si ils causèrent des pertes conséquentes à l'ennemi, ils eurent également à déplorer les leurs : Sarif' fût tué dans les échanges de tir. Mais pas seulement. Dans les coursives du vaisseau pirate, Aurek fût agressé par un ancien membre de l'équipe, Kiah. L'Ancienne infirmière du groupe, endoctrinée, manqua de peu d'abattre Steim d'un tir bien placé et engagea le combat contre Tibèr avant d'être tuée par son ancien lieutenant.

Sitôt finie cette opération, l'escouade Aurek rejoignit son affectation dans la flotte impériale, mais ne participa toutefois pas à l'opération Bave. Tibèr est à nouveau contacté par les SSI pour traquer les transfuges de la Galkorporation. Il doit également manager son équipe qui accuse le coup des morts de Sarif et Kiah. Pendant deux longues années, Aurek se spécialise dans la traque et l’élimination des membres de la Galkorp, tâche que Tibèr se montre très déterminé à accomplir. Il en exécute plusieurs dizaines dans la bordure extérieure dans les deux années qui vinrent, mais l'une d'eux, Kim Vesper échappe toujours à Tibèr, malgré un acharnement particulier contre la scientifique. C'est le massacre de Fondor, qui eut lieu durant l'inauguration des vaisseaux de nouvelle génération de la Marine Républicaine qui marqua le retour de Tibèr dans l'espace du Triumvirat.

Image
« Ainsi vous les écraserez !»


Les SSI craignaient que la flotte volée à la république ne s'en prenne à un intérêt stratégique ; les Chantiers Spatiaux de Kuat, en l’occurrence. L'objectif de Tibèr et de son escouade était de démasquer d'éventuels agents chargés de paralyser les systèmes de Défense de Kuat. La plupart des agents du Blazing Chain furent discrètement interrogés puis éliminés mais Aurek n'eut pas le temps d'éliminer tout les espions avant l'assaut de la Flotte, et les chantiers kuati en payèrent le prix. Après de la mission sur Kuat, Tibèr reçut l'ordre de retrouver et d'éliminer un traître : Sib Tambor. Là aussi, les SSI s’inquiétaient du fait que l’ingénieur ne fasse bénéficier l'ennemi de son savoir. Prudent, l'homme d'affaire ne présenta une occasion d'assassinat qu'un an plus tard : lors d'une de des réunions d'affaires plus ou moins discrètes du Skakoan, Tibèr tenta de souffler tout l'étage où se tenait la réunion par une explosion grâce à une roquette. Si l'explosion tua un certain nombre des gens présents, ce ne fût malheureusement pas le cas de Sib, qui s'en tirera indemne et renforça la sécurité autour de lui.

Par la suite, Aurek participa à la bataille de Kashyyyk. Tibèr, son escouade et une compagnie de wookies parvinrent à tenir une place forte contre un ennemi nettement supérieur en nombre jusqu’à l'arrivée des renforts. La ténacité de Sevirian et ses compétences tactiques, lui valurent une promotion au grade de Capitaine, avant d'être expédié sous couverture sur la Capitale même du Triumvirat après que des jedis aient rapportés avoir étés confrontés aux siths. Cette mission s'apparentait nettement plus à des opérations d'anti-terrorisme et de renseignements qu'autres choses. Aussi Tibèr et son équipe restèrent en place jusqu'au coup d'état, avant de contribuer indirectement à l'extraction des loyalistes républicains. C'est quelques jours après les faits que Tibèr apprit la "retraite" du Pater Familias impérial. Il dût, à l'instar de nombres d'autres officiers impériaux, réaffirmer sa loyauté à la nouvelle impératrice Leïa Tavira Fel. Aux dernières nouvelles, l'escouade Aurek s'était replié dans les bas-fonds de Coruscant et attendait de nouvelles instructions.

Bloqué près d'un an sur la ville-monde, Tibèr et son escouade eurent à instruire les guérilleros au maniement des armes et mener des actions de résistance dans la ville basse, jusqu'au jour où le commandement parvint à établir une liaison entre eux et Tibèr. Une nouvelle mission venait d'être donnée : la résistance coruscantii avait mit la main sur l'ancienne sénatrice de Naboo, Angelina Traven's. Aurek, ainsi que plusieurs autres équipes, furent chargés de mener l'évacuation de la politicienne. Dans les premiers temps de l'opération, la progression se passe à la perfection, le groupe d'extraction parvenant à éviter ou massacrer les patrouilles ennemies avant qu'elles ne représentent un risque, grâce à des tireurs postés sur les toi. Mais rapidement, les détours et embuscades ne suffisent plus. Le groupe, baptisé "Sword", est contraint de se frayer un chemin brutalement dans les rues de la ville-basse. Ils parviennent presque a atteindre le spatioport quand une autre patrouille sith, bien plus conséquente, les traque à travers les rues de la Ville Basse. Le commando impérialo-républicains provoque de nombreuses pertes chez l'ennemi, mais menace de se faire submerger par la puissance de feu sith. Profitant de la confusion des combats, un guerrier sith parvient même a approcher la sénatrice Traven's, avant d'être égorgé in extremis par Tibèr.

Alors que l'opération semble se compromettre de plus en plus, un troisième groupe se mêle au combat à bord de navettes d'assauts. Grâce à ce soutient inattendu, le commando parvint à sauvegarder son VIP, malgré une petite frayeur du moment... L'un des agents du SSI, équipé comme un mercenaire, eût la bonne idée d'emporter la sénatrice par le bras. Craignant pour son objectif, Tibèr s'interposa et colla le mercenaire dos au mur, l'avant-bras pressé sur sa gorge. Mais ce dernier, vif comme l'éclair se saisit de son blaster dans son holster et le releva a hauteur de poitrine avant de faire feu. L'Impact fît voler un Tibèr Sevirian quelque peu surprit sur deux à trois mètres de distance. Étonné d'être encore en vie après un tir à bout portant, l'impérial releva les yeux sur son adversaire avant de découvrir des yeux rouges comme la braise et qui brillaient d'une lueur furieuse. La chiss braquait toujours sur le capitaine Sevirian, son blaster réglé pour ne pas être létal, et fixant toujours Sevirian, elle lâcha : "Je vous conseille de vous calmer, avant qu'il y ait un deuxième service." La jeune femme s’avéra être un officier des SSI, dont le nom complet était imprononçable pour Tibèr. "Les Humains n'ont jamais sût prononcer un nom chiss intelligiblement, vous ne faîtes pas exception à la règle. Appelez-moi Eprill."

De retour dans l'espace impériale, Tibèr passa les trois années suivantes en déploiement le long de l'ancien territoire de l'Empire de la Main, en coopération avec l'armée chiss. Et maintes fois amené à rencontrer l'agent chiss qu'il avait rencontré sur Coruscant, au point de nouer une affinité particulière avec elle. Présent dans la région jusqu'en 213, Tibèr finira par se marier à la jeune femme et, la nature n'étant pas de son côté, le couple adopte deux enfants chiss, mais l'impérial finira par quitter l'espace chiss pour participer à une offensive décisive. La première qui allait impliquer la quasi-totalité des puissances galactique : La Bataille de Ziost. Aurek participe donc à l'offensive avec l'ensemble de la 83ème Légion. Victorieux, l'Empire presse son avantage, alors que les sith perdent de plus en plus pied a cause des multiples pressions qu'ils subissent tant dans le noyau, que dans la bordure ou l'espace hutt. L'avantage tendait de plus en plus vers le camp allié, jusqu'au dénouement de Ruusan. L'offensive est un véritable bain de sang, et les pertes sont importantes dans les deux camps. Après cette victoire, qui marque la fin de la guerre, Kodo Steim est démobilisé car grièvement blessé et affecté à une unité logistique après la fin de la guerre. Wel, lui, mit un terme à sa carrière militaire après la bataille de Ruusan, et s'en alla prendre sa retraite. Aurek fût dès lors réduite à trois membres ; Tibèr, Tencho et Lantis. Réformant ses rangs suite à la coûteuse dernière guerre, l'Empire promeut Tibèr colonel, qui fût rattaché a l'Etat-Major de la 83ème Légion, partageant sa vie entre sa carrière militaire et sa famille qu'il retrouve durant ses permissions.

Image
« Ainsi vous vaincrez !»



Inventaire :
Armure noire de Stormcommando
Fusil Verpine
Couteau de combat chiss
Aspects : Ancien commando impérial En perdition morale Humain D'une loyauté absolue Froid et calculateur Soldat très expérimenté

Image

Avatar de l’utilisateur

Re: Tibèr Sevirian

Messagepar L'Observateur » 27 Août 2015, 21:39

Tibèr Sevirian, le premier personnage jamais validé sur Tales après le lancement du forum !
De retour, plus grand, plus fort, plus victime de complot aussi, et enfin (et surtout) plus doué pour la danse. Un homme aux dix-mille talents, paraît-il !

J'ai repéré pas mal de fautes, mais la plupart se trouve dans la partie 1 de ton bg (celle qui date de 3 ans), ce qui prouve que tu t'es bien amélioré depuis. Même si j'ai trouvé encore quelques fautes, et j'en ai peut-être raté ! Allez, corrige-moi au moins celle que j'ai repéré, je te les indique pour aller plus vite.

Afficher : spoiler
La puissance de l'Empire réside dans la force de ses guerriers. Et vous, en tan(t) qu'avatars de cette puissance, devez être forts !

Un criminel notoire qu'il à sous la main, à très intérêt à lui donner [...]

Son baptême du feu eut lieu sur une lune situé(e) à la lisière de l'espace sauvage

l'Armée impériale fit montre de sa supériorité sur la lie de la galaxie, au travers d'un assaut brutale

L'unité de Tibèr atterir à la périphérie de l'installation pirate et parvinrent

Après quoi, Tibèr et ses camarades réussir(ent) [...]

[...] si bien qu'il fût sélectionner

En 192, lorsque les Hutts s'en prirent à Bothawui, l'unité de Tibèr fut envoyé(e) sur(espace manquant)place

Les stormcommandos parvinrent à infligé [...]

l'escouade de Tibèr prépara l'assassinat d'un haut dignitaires

Tibèr et son(ses?) collègues furent évacués

il ne réintégra pas les forces spéciales, n'ayant pas récupérer

Il est(a?) récemment intégré la 83ème division

L'Une d'entre eux fît obstacle au groupe de Tibèr

Vainqueur de l'affrontement, L'Empire

Mais lorsque (lors de ?) la débâcle républicaine à Circumtore, Tibèr et ses camarades accompagnent les forces menées par l'Empereur dans l'espace de la République. Rencontrant une réelle difficulté à stopper l'avancé(e) ennemi(e) [...]

le Triumvirat infiltra le groupe d'intervention a bord

Les SSI craignaient que la flotte volée à la république ne s'en prennent à un intérêt stratégique

L'Objectif de Tibèr

Présent dans la région jusqu'en 213, Tibèr finira par se marié à la jeune femme

l'impérial finira par quitter l'espace chiss pour participer (à ?) une offensive

L'Avantage tendait de plus en plus vers le camp allié

(Aurek fut?) Réduite alors à trois membres ; Tibèr, Tencho et Lantis


Et pense à retirer "Aptitudes : à venir." s'il te plaît ! Ceci fait, tu seraaaaaaaaas... validé !

Revenir vers « Personnages validés »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité